Editions Studio graph

Accueil > Quartier sensible ? > Blog

Blog

lundi 5 février 2007

Sur le blog de Catherine Candelier, conseillère régionale.

Il y a quelques jours, lors d’une discussion où j’annonçais la sortie du nouveau livre de Luc Blanchard sur un quartier "sensible" de Bessancourt, je vis mes interlocuteurs assez incrédules. Quoi ? Bessancourt, dans le Val d’Oise ? Un quartier sensible là-bas ?

Tout d’abord, définition du quartier sensible dénommé "Brosses et Malais" : j’aime beaucoup celle donnée par le maire (Verts) Jean-Christophe Poulet. En gros, le quartier est sensible, parce qu’attachant, parce que les gens qui y vivent l’aiment et s’intéressent à ce qu’il s’y passe.

Au travers de l’histoire des "Brosses et Malais" racontée par ses habitants et les acteurs qui y ont travaillé, on retrouve l’histoire de ces quartiers qui ont poussé comme des champignons au début des années 70. Avec toujours ce même constat : enclavement, manque de services publics, rénovation de l’habitat en panne, concentration des difficultés, échec des politiques de la ville successives...

Et comme toujours, la solution passe par une écoute des préoccupations des habitants, par leur association aux décisions prises et l’accompagnement de leurs initiatives.