Editions Studio graph

Accueil > Quartier sensible ? > Dossier de presse

Dossier de presse

janvier 2007

Brosses et Malais quartier sensible ?
Histoire de la cité des Brosses et Malais à Bessancourt, 1970 - 2006

Sommaire

Genèse du livre : la crise des banlieues

L’histoire des plus pauvres

Trente ans de politique de la ville

La banlieue parisienne : mémoire de quartiers

Le livre - L’auteur - L’éditeur

Revue de presse

Genèse du livre : la crise des banlieues

Novembre 2005, les banlieues brûlent et des élus, réunis en urgence en Seine-Saint-Denis, recherchent des solutions. Jean-Christophe Poulet, maire Vert de Bessancourt (Val d’Oise) suggère, entre autres mesures, d’écrire l’histoire de ces cités : « Les faits divers des journaux, qui stigmatisent, qui font surgir un quartier dans notre quotidien, ne peuvent pas rendre compte d’une histoire bien plus complexe, riche et profonde. »
Luc Blanchard se saisit de cette proposition, remonte aux origines du quartier des « Brosses et Malais » bâti en marge du vieux pays de Bessancourt, raconte les bons et les mauvais moments, s’attarde sur les solutions concrètes proposées depuis 2001 par la nouvelle équipe municipale.

L’histoire des plus pauvres

L’histoire des cités se résume trop souvent à la rubrique Faits divers des journaux. Pourtant, l’histoire des plus pauvres est riche d’enseignements, elle éclaire le fonctionnement de la société tout entière.

- En 1971, les hommes et les femmes qui s’installent aux Brosses et Malais viennent des bidonvilles de Nanterre et d’Argenteuil, pourquoi ?
- En 1974, l’ascenseur social se bloque, pour qui ?
- En 1982, une Amicale des locataires affiliée à la CNL se crée, comment ?
- En 1983, la cité des Brosses et Malais est déclarée « îlot sensible », par qui ?
- En 1990, le quartier doit être réorganisé, désenclavé, quelle est la place des habitants dans ce processus ?
- En 1998, le centre socioculturel est mis à sac par les jeunes du quartier, que faire ?
- En 2001, des associations se créent, est-ce un nouveau départ ?
- En 2006, un nouveau quartier est en projet, les élus sauront-ils l’intégrer à la ville ?

A travers l’histoire des Brosses et Malais, c’est l’histoire de toutes les cités qui se dévoile.

Luc Blanchard présentera son travail le 10 février lors de la table ronde organisée par ATD Quart-Monde sur le thème de la mémoire collective.

La politique de la ville

Depuis la fin des années 1970, s’est mise en place la Politique de la ville. A travers l’exemple de la cité des Brosses et Malais, à Bessancourt, suivons son développement, ses réussites et ses échecs.

- « Banlieues 89 » : Pour François Mitterrand, il s’agit de « dessiner dans cet affreux magma des banlieues des grandes villes, un ordre, un urbanisme, une esthétique, une façon de vivre, peut-être une espérance. » (P.39)
- DSQ : les contrats Développement social des quartiers ont l’ambition de restaurer les conditions de vie là où elles se dégradent. (P.40)
- ZEP : En 1981, à la suite du rapport de Gilbert Bonnemaison Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité, les Zones d’éducation prioritaires sont mises en place. (P.40)
- Convention locale de développement : Une approche à dominante sociale se concrétise en 1990 avec la loi Besson, relative au logement des plus démunis. (P.59)
- Contrat de ville : En 1994, la logique d’agglomération remplace celle de quartier. (P.70)
- Contrat initiative ville qualité – CIVIQ : La décentralisation a placé le département au cœur des politiques de lutte contre l’exclusion et de solidarité. (P.86)

Les politiques mises en place par les pouvoirs publics sont rappelées dans de courts encadrés en marge du récit.

La banlieue parisienne

L’histoire de la banlieue est trop souvent occultée. Pour aller au-delà des recueils de cartes postales publiés par les municipalités, il importe d’interroger celles et ceux qui l’ont vécue.

-  Pierre Chaudot, habitant de la première heure : « C’était un train à vapeur qui assurait la liaison gare du Nord-Valmondois ! pour moi qui avais l’habitude du RER, ce fut un choc. »
-  Eric Zelfin, enfant du quartier : « Quand on est jeune et que l’on n’arrive pas à communiquer verbalement, ça déclenche quelque chose : la violence. »
-  Michel Magnan, président de la première Amicale de locataires : « C’est de cette manière qu’est née une dynamique relationnelle et humaine sur le quartier, qui a fait que l’Amicale a représenté jusqu’à 89% des habitants. »
-  Françoise Petit, présidente du club de prévention : « Les politiques ont beaucoup de mal à admettre que des choses puissent leur échapper, se faire sans eux. »
-  Michel Rochoux, ancien maire de droite : « Il suffisait que l’un des « caïds » du quartier déraille et qu’il entraîne avec lui les plus influençables pour que la situation devienne totalement ingérable. »
-  Francine Duprez, ancienne directrice de l’école primaire : « Puis est venue la crise, l’ascenseur social s’est bloqué. Beaucoup de pères de famille ont perdu leur emploi et du même coup, leur autorité. »
-  Jean-Christophe Poulet, maire Vert de Bessancourt : « Les animateurs ont été envahis par des gamins qui venaient consommer du loisir, ils n’arrivaient plus à s’en sortir. »
-  Jélilas Derras-Deleuze, habitante du quartier : « Les femmes maghrébines ont longtemps été tenues à l’écart de la vie sociale. »
- 
Brosses et Malais quartier sensible ? C’est un récit, 22 témoignages, un trésor d’images.

Le livre

Brosses et Malais quartier sensible ? est un livre album, le texte est environné de photos légendées et de documents qui contribuent à donner du corps au récit.

Rechercher au coeur du livre avec Google livre

Chaque décade est introduite par une double page qui liste les principaux événements et les restituent dans l’actualité nationale.

L’auteur

Luc Blanchard est journaliste et écrivain. Directeur de la publication du mensuel Qui vive dans les années 1980 (prix de la presse libre 1985), il crée, en 1989, Studio graph une société coopérative de presse. Après avoir collaboré à différentes revues mutualistes, il publie Le squat de la rue des Caves, puis un roman Hirondelles sur le web en collaboration avec Serge Abiteboul.
Brosses et Malais quartier sensible ? a été écrit en étroite collaboration avec les Bessancourtois, toutes les personnes interviewées ayant lu et commenté le manuscrit. Leurs remarques ont été prises en compte pour la rédaction finale.

L’éditeur

Les Editions Studio graph publient, depuis 2004, un livre par an. Ces ouvrages ont pour trait commun d’être des livres albums qui mêlent textes et images. Exergues, interviewes et légendes permettent une lecture diagonale tandis que les images éclairent le texte d’une lumière intimiste.
Ces livres sont disponibles chez l’éditeur et accessibles librement sous licence Creative Commons sur www.studiograph.net

Revue de presse

2004

Le Prisonnier de la Dive Gérard Blanchard, 54 pages - 21 x 30.

Etapes : « La mort, en août 1998, de Gérard Blanchard laissa inachevé un roman d’esprit médiéval auquel le typographe travaillait, tant sur la forme que sur le fond. Sous forme d’un album, son fils, Luc Blanchard, transmet le travail ainsi laissé en chantier (...) »

2005

Hirondelles sur le Web Serge Abiteboul et Luc Blanchard, 112 pages - 21 x 30.

Télérama : « Ecrit à quatre mains par Serge Abiteboul et Luc Blanchard, illustré par les dix doigts de leur ami Seb James, ce livre hybride, à mi-chemin entre la BD et le roman, plonge le lecteur dans le high-tech et le Val de Seine en 2010. L’enquête policière et les moteurs de recherche conduisent un cyberflic sympathique vers un clochard ex-prince des start-up, et l’histoire oubliée de la maison d’Enfants de Sèvres. On tombe sous le charme des Hagnauer, un couple anarcho-syndicaliste et pacifiste qui y cacha des enfants juifs sous l’Occupation. On se laisse envoûter par leurs enfants de demain, Gad, Flora, Samir... Un voyage vertigineux entre histoire et anticipation, qui mixte avec brio village global et mémoire locale. »

2006

Brosses et Malais quartier sensible ? Luc Blanchard, 96 pages - 16 x 24.

ParisObs : « Bessancourt, dans le Val-d’Oise, ça ne vous dit rien ? Pas grave. Un petit livre vivifiant, plein de couleurs et de portraits, décortique l’histoire de la cité des Brosses et Malais où débarquèrent en 1970 des familles populaires et/ou immigrées. On se retrouve, façon jeu de rôles à la Sim City, dans la peau des maires et des associatifs successifs, cherchant à désenclaver la cité, occuper la jeunesse, calmer les caïds, fédérer les bonnes volontés. Bessancourt a élu un jeune maire Vert en 2001, le pragmatique utopiste Jean-Christophe Poulet. Il ne croit pas aux réponses venues d’en haut, mais à la « responsabilité citoyenne ». À suivre »