Les amis des Éditions Studio graph

Accueil > Hirondelles sur le web > Le roman > Hirondelles à l’université Paris XIII > L’imprimerie

L’imprimerie

mardi 31 mai 2005

- imposition

- choix de machines : 4, 5 ou 6 couleurs (voire plus)

- montage

- ozalids

- fabrication des plaques

- rotatives

- calage

- roulage, impression, bonnes feuilles

- cahiers

- façonnage

- brochage, couture, collage

- pelliculage

- livraison

Modèle RVB
Un fort pourcentage du spectre visible peut être représenté en mélangeant de la lumière colorée en rouge, vert et bleu (RVB) dans diverses proportions et intensités. A l’endroit où les couleurs se chevauchent, elles créent du cyan, du magenta, du jaune et du blanc.
Comme les couleurs RVB s’associent pour créer du blanc, on les appelle également couleurs additives. Ajouter toutes les couleurs ensemble crée du blanc (c’est-à-dire que toute la lumière est retransmise à l’oeil). Les couleurs additives sont utilisées pour l’éclairage, la vidéo et les moniteurs. Votre moniteur, par exemple, crée de la couleur en émettant de la lumière à travers les luminophores rouges, verts et bleus.

Modèle CMJN
Le modèle CMJN repose sur la qualité d’absorption de la lumière de l’encre imprimée sur du papier. Quand la lumière blanche touche les encres translucides, une partie du spectre est absorbée et une partie est renvoyée vers vos yeux.
En théorie, des pigments de cyan (C), magenta (M) et jaune (J) purs devraient s’associer pour absorber toute la couleur et produire du noir. C’est pour cette raison que ces couleurs sont appelées couleurs soustractives. Etant donné que toutes les encres d’impression contiennent des impuretés, ces trois encres produisent en réalité un marron terne, et elles doivent être associées à de l’encre noire (N) pour produire un noir véritable. La reproduction de la couleur à partir de l’association de ces encres s’appelle impression en quadrichromie.
Les couleurs soustractives (CMJ) et additives (RVB) sont des couleurs complémentaires. Chaque paire de couleurs soustractives crée une couleur additive, et vice versa.

calage : avant de lancer les rotatives, l’imprimeur effectue un réglage - très pointu - des couleurs : cale la machine. Lorsque celle-ci est bien calée (que le résultat est bon), après examen des bonnes feuilles, l’imprimeur peut lancer l’impression du nombre d’exemplaires voulus.

feuille : feuille imprimée dont le format a été astucieusement choisi pour que, après un certain nombre de pliages, après masicotage et reliure, le livre soit prêt.