Editions Studio graph

Accueil > Le Prisonnier de la Dive > Vendée matin, septembre 2004

Vendée matin, septembre 2004

jeudi 16 septembre 2004

"Le Prisonnier de la Dive" ou la fabuleuse histoire de l’abbaye de Saint-Michel-en-l’Herm

Par Christiane Dubos

Le Prisonnier de la Dive de Gérard Blanchard est un roman inachevé sur la fabuleuse origine de l’abbaye de Saint-Michel-en-l’Herm, fondé en plein marais vendéen, par des moines venus de Noirmoutier au VIIe siècle.

Pendant une dizaine d’années, jusqu’a sa mort en août 1998, Gérard Blanchard a récolté une multitude de documents soigneusement conservé dans des classeurs, a écrit, dessiné et peint "Le Prisonnier", reprenant l’inspiration de son poème "Pélerins de terre ferme" ou de son "Merveilleux voyage de Saint Brandan". C’est cette matière foisonnante que Luc Blanchard, son fils aîné, a trié, classé et mis en page après le décès de son père, pour livrer au public cette histoire de la fondation d’une communauté humaine au milieu d’un "désert" d’eau et de brumes. En effet, à cette époque, Saint-Michel-en-l’Herm, alors appelé Condate, et le rocher de la Dive étaient deux îles perdues au milieu du golfe des Pictons. Il en résulte un livre à multiples entrés qui entraîne le lecteur sur les pas d’un grand bâtisseur de rêve et le guide dans les méandres de la genèse d’un roman. "Le Prisonnier de la Dive" est une formidable illustration de ce que peut être le travail de préparation et de création de l’auteur en amont du manuscrit et de l’édition de l’oeuvre. Cet ouvrage présente la fresque monumentale que Gérard Blanchard avait réalisé dans sa maison de Saint-Michel-en-l’Herm où il résidait tous les étés mais aussi plusieurs manuscrits et une incroyable compilation de documents les plus divers. Typographe de formation, graphiste, graveur, illustrateur mais aussi écrivain et universitaire, Gérard Blanchard étaient plutôt connu du grand public pour ses nombreuses études sur la bande dessinée, la musique de cinéma et la typographie. Le récit du "Prisonnier de la Dive" est un travail beaucoup plus personnel et donne un éclairage nouveau à l’oeuvre de ce Michelais d’adoption.